Iaido - L'art du sabre japonais

I Aï Do est composé de trois idéogrammes, dont deux sont également utilisés dans Aï Ki Do. "I" signifie, entre autres, vivre. On pourrait donc dire: la voie pour vivre en harmonie. Le concept est très proche de l’aïkido.

 

Il s’agit dans cet art, de dégainer un sabre le plus vite possible, et de trancher un adversaire imaginaire.

 

Il existe un grand nombre d’écoles. Toutefois, l’efficacité ne vient pas de l’accumulation de nombreuses techniques, mais bien de la répétition systématique de quelques mouvements essentiels, jusqu’à ce que leurs principes soient profondément intégrés dans notre corps.

 

Chiba Sensei utilise de préférence le terme de Batto-Ho, pour sa connotation ancienne. Cela signifie: méthode pour dégainer le sabre.

 

Potentiellement dangereuse, cette pratique demande une attention de chaque instant, une détermination sans faille et un esprit « vide » de toute contrainte. On peut atteindre ce « vide » en pratiquant la méditation.

 

Au début de l’étude, on utilise un Iaïto, un sabre pour la pratique du Iaï. Copie conforme d’un vrai sabre, le Iaïto présente l’avantage d’être bon marché et non-tranchant. Après quelques années d’étude, on utilise un vrai sabre. Très tranchant, le Katana aide à maintenir un niveau de vigilance élevé.

 

Nous proposons l’étude de Omori Ryu, qui se pratique depuis la position à genoux, et Shindo Munen Ryu, qui se pratique depuis la position debout.

 

Parallèlement, nous pratiquons le combat simulé au Bokken, et Tameshigiri, l’essai de coupe avec un vrai sabre.

 

Le Batto-ho est inclus dans le curriculum du Birankai. Il est étudié pour les mêmes raisons que la pratique du bokken ou du jyo: ils forment un ensemble cohérent avec l’aïkido.